Le financement d’entreprise à Nîmes,
quels sont les différents types de financement ?

Une entreprise ne se crée pas uniquement à l’aide d’emprunts bancaires. Il existe d’autres alternatives pour le financement d’une société comme le choix d’associés ou d’actionnaires. De même, les apports en capitaux peuvent prendre différentes formes : apports en numéraire (constitués d’argent), apports en nature (transferts de biens) et apports en industrie (mise à disposition de connaissances ou techniques). Entrent aussi en ligne de compte les apports en compte courant ainsi que le capital risque.

En clair, pour le financement de projet d’entreprise, vous pouvez utiliser les fonds propres qui proviennent des associés de la société ou bien les financements externes fournis par des organismes financiers. Pour chaque projet, une solution de financement existe afin d’accompagner au mieux le dirigeant d’entreprise.

Le financement par des partenaires externes

L’emprunt bancaire

Le microcrédit

L’emprunt aidé ou les prêts d’honneur

Le crédit-bail

La location financière

Les subventions d’investissement

L’emprunt bancaire

C’est la solution la plus connue pour le financement d’entreprise. Une somme est mise à disposition par l’organisme financier avec une obligation de remboursement selon un échéancier préalablement défini. En contrepartie, l’organisme prêteur perçoit des intérêts.

Le microcrédit

Une entreprise ayant demandé un emprunt bancaire et se l’étant vu refuser peut demander un microcrédit sous réserve d’avoir moins de 5 ans d’ancienneté. Le montant ne peut excéder 10 000 € et une personne doit se porter garant pour la moitié du microcrédit.

L’emprunt aidé ou les prêts d’honneur

Certains organismes voués au développement des entreprises peuvent accorder des emprunts aidés ou prêts d’honneur. Ces prêts sont accordés selon des conditions bien précises et sont assimilés aux fonds propres de la société.

Le crédit-bail

Également appelé « Location avec Option d’Achat », le crédit-bail signifie que l’entreprise n’est pas propriétaire du bien acquis avec les fonds prêtés pendant la durée du contrat. Une promesse de vente est signée pour qu’au terme de la location, la vente soit réalisée.

La location financière

C’est un contrat de location sans option d’achat (location longue durée). Le chef d’entreprise peut, par le biais d’un organisme, mettre à disposition de la société un bien tout en en conservant la propriété et sans prendre d’engagement quant à la vente en fin de contrat.

Les subventions d’investissement

Ces fonds de financement d’entreprise sont versés à titre définitif par les collectivités territoriales sans obligation de remboursement.

Le financement par les associés ou actionnaires

Les fonds propres ou quasi-fonds propres

Relatifs aux financements issus des apports en capital (capital social), aux comptes courants faits par les actionnaires ou associés (capital-investissement) ainsi qu’à des subventions d’investissement. Les apporteurs de capitaux ou actionnaires investissent de l’argent dans l’entreprise en espérant un rendement supérieur à l’investissement de départ.

Le capital social

Il correspond à l’apport initial et définitif des associés lors de la constitution de la société. Ces fonds n’ont pas pour objectif d’être remboursés mais de perdurer dans le temps. Ils ne peuvent être récupérés que dans le cas d’une liquidation d’entreprise ou lors de la vente de parts sociales, titres ou actions.

Les comptes courants d’associés

Ces comptes ont pour vocation de recevoir les sommes mises à disposition de l’entreprise par ses associés de façon temporaire. Seuls les associés peuvent être titulaires de comptes courants et il est interdit à toute personne étrangère à l’entreprise de prêter des fonds à la société. On parle de quasi-fonds propres car ceux-ci sont amenés à être retirés à plus ou moins long terme.

Les comptes de l’exploitant

Une entreprise individuelle, sous-entendu dans laquelle il n’y a pas de capital social et compte courant d’associé, permet de bénéficier d’un compte détaillant les apports de fonds et les retraits réalisés par le chef d’entreprise. Contrairement au capital social, il peut fluctuer et le dirigeant n’est pas tenu de laisser ses apports.

Les apports de fonds de capital-investissement

Le capital-investissement permet d’apporter des capitaux propres lors du financement de l’entreprise et donc, de donner à la société des ressources financières. Ces apports augmentent le capital de l’entreprise dont le fonds devient actionnaire ou associé.

Les fonds propres ou quasi-fonds propres

Le capital social

Les comptes courants d’associés

Les comptes de l’exploitant

Les apports de fonds de capital-investissement